L’école buissonnière

 

Copyright © 2007, Juventino, Tous droits réservés.

Accueil général

Mollusques

Insectes

Invertébrés divers

Flore

Vertébrés

Paysages et Constructions humaines

Plus de détails !

Infos Site

________________________________________________________________________________________________________________________

Biotopes

Les Mantidés (2ème partie)

Vers la liste des Familles et des espèces de Dictyoptères (Dictyoptera)

 

___________________________________________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________________________________

Retour vers la 1ère partie des Mantidés...

___________________________________________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________________________________

Mantis religiosa

 

Mantis religiosa (Linné, 1758), la célèbre Mante religieuse.

Appelée Prega Dieu (Prie Dieu) en Provençal, en raison de la position de ses pattes antérieures.

Ordre des Dictyoptères (Dictyoptera) ou bien Super-Ordre des Dictyoptères, Ordre des Mantoptères (Mantodea), Famille des Mantidés (Mantidae), Sous-Famille des Mantinae.

C'est la plus commune des mantes Européennes.

 

L : Mâle, de 42 à 61 mm,

    Femelle, de 48 à 75 mm.

Il existe une grande différence de taille entre les individus selon la zone où ils vivent.

Dans le Sud les individus sont de plus grande taille que ceux des régions plus septentrionales.

De même, en altitude (aperçue à environ 1000 m. en Italie), la taille est plus réduite.

Le mâle est bien plus fluet, ce qui le fait apparaître encore plus petit en comparaison et a les antennes prés de deux fois plus longues que la femelle.

 

       Voici quelques spécimens de beaux messieurs vus dans les Préalpes de Nice (Alpes-Maritimes) et dans l’Esterel (Var) :

Mantis religiosa

Mont Chauve (Alpes-Maritimes), 700 m. d’alt., le 6 Octobre 2007.

Mantis religiosa

Route forestière de Roche Noire (Var), 200 m. d’alt., le 8 Octobre 2005.

 

       Ci-dessous un superbe mâle vu en Lozère, dans le chaos de Nîmes-le-Vieux, juste avant qu’il ne s’envole !

Mantis religiosa

Chaos de Nîmes-le-Vieux (Lozère), 1090 m. d’alt., le 15 Septembre 2012.

Mantis religiosa

Chaos de Nîmes-le-Vieux (Lozère), 1090 m. d’alt., le 15 Septembre 2012.

Mantis religiosa

Chaos de Nîmes-le-Vieux (Lozère), 1090 m. d’alt., le 15 Septembre 2012.

 

       Et voici quelques spécimens de Madame, en tenues variées !

Mantis religiosa

Orgon (Bouches-du-Rhône), 80 m. d’alt., le 16 Novembre 2009.

Mantis religiosa

Orgon (Bouches-du-Rhône), 80 m. d’alt., le 16 Novembre 2009.

Mantis religiosa

Touët - Col de Braus (Alpes-Maritimes), 690 m. d’alt., le 5 Novembre 2005.

Mantis religiosa

Col de Vescavo (Alpes-Maritimes), 477 m. d’alt., le 15 Octobre 2005.

Mantis religiosa

Mont Chauve (Alpes-Maritimes), 700 m. d’alt., le 6 Octobre 2007.

Mantis religiosa

Col de Châteauneuf (Alpes-Maritimes), 650 m. d’alt., le 9 Octobre 2005.

Mantis religiosa

Lac du Broc (Alpes-Maritimes), 112 m. d’alt., le 2 Octobre 2005.

Mantis religiosa

Ginestous - Ganges (Hérault), 233 m. d’alt., le 16 Octobre 2010.

Mantis religiosa

Ginestous - Ganges (Hérault), 233 m. d’alt., le 16 Octobre 2010.

 

       Ci-dessous une grosse femelle rencontrée sur la côte ligure de la Riviera dei Fiori à la mi-octobre :

Mantis religiosa

Albenga (Savona, Liguria, Italia), 50 m. d’alt., le 22 Octobre 2015.

Mantis religiosa

Albenga (Savona, Liguria, Italia), 50 m. d’alt., le 22 Octobre 2015.

Mantis religiosa

Albenga (Savona, Liguria, Italia), 50 m. d’alt., le 22 Octobre 2015.

Mantis religiosa

Albenga (Savona, Liguria, Italia), 50 m. d’alt., le 22 Octobre 2015.

 

Homochromie, c'est à dire couleur permettant de se confondre avec l'environnement : on en trouve donc des vertes (couleur la plus commune), brunes, jaunes, orange, et parfois (plus rarement) des combinaisons de ces coloris.

On pense que la couleur dépend de la quantité de lumière que reçoit la nymphe; elle peut être aussi génétique.

 

Tête triangulaire posée sur un cou étroit, très mobile; c'est le seul insecte capable de tourner la tête latéralement dans toutes les directions, donc, champ de vision très étendu.

Yeux arrondis et bien séparés.

Les yeux, saillants vers l'avant et surdimensionnés, lui donnent une vision binoculaire très performante.

 

Les pattes antérieures sont grandes, insérées vers l'avant dans le prothorax allongé.

Elles sont dites ravisseuses car modifiées pour la capture des proies et sont caractéristiques des Mantes (même si d'autres insectes ou arthropodes possèdent des organes semblables, il s'agit d'une convergence de l'évolution).

Le tibia et le fémur sont dotés de 3 épines acérées à leur face interne.

Quand le tibia se referme sur le fémur, la proie est prise dans une pince, un étau mortel.

Réunies et repliées au repos devant le thorax (d'où son nom de Prie Dieu), elles de détendent brusquement (en 20 millisecondes!!!) dès qu'une proie se présente.

Le tarse servant à s'accrocher lors des déplacements, l'animal prend un point d'appui dans la végétation pour hisser à la suite tout son corps à l'aide des deux paires de pattes ambulatoires.

 

Les 4 pattes postérieures sont dépourvues d'épines et dites inermes et ambulatoires (servant aux déplacements).

 

Les ailes aussi longues que le corps et posées à plat ne lui servent qu'en cas de danger.

Seul le mâle peut réellement voler, les femelles en fin de gestation étant trop alourdies et inaptes au vol.

Les déplacements se font donc avec les deux paires de pattes postérieures dites déambulatoires.

 

Biologie :

 

Elles sont diurnes et dotées d'une excellente vision.

Prédateur redoutable chassant à l'affût, camouflé dans la végétation.

Capable de rester immobile très longtemps.

Les proies sont divers insectes ayant presque jusqu'à sa taille, principalement des criquets mais aussi des congénères plus petits.

Saisis par une brusque détente des pattes ravisseuses, ils sont immédiatement portés à la bouche.

Mordus au cou où se trouvent les terminaisons nerveuses, puis la tête est dévorée en premier, ce qui neutralise la victime et lui évite des souffrances inutiles.

Les ailes ou parties coriaces sont dédaignées.

 

___________________________________________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________________________________

Vers la suite de la Mante religieuse...

___________________________________________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Vers la liste des Familles et des espèces de Dictyoptères (Dictyoptera)

analyse de traffic